Souvenirs de terrain (2012)

Vous trouverez sur cette page quelques photos prises dans le cadre des travaux de terrain de la saison 2012. Ces photos ont pour la plupart été prises par les atlasseurs embauchés pour couvrir des régions éloignées de la forêt boréale. En 2012, François Gagnon, Laval Roy, Pierre Fradette, Jessé Roy-Drainville, Jean-Michel Lagueux-Tremblay, Jean-François Rousseau, Nicolas Bernier, Yann Rochepault et Christophe Buidin ont couvert la région de Matagami, le nord du Saguenay–Lac-Saint-Jean et les régions montagneuses de la Gaspésie. Marie-Hélène Hachey (adjointe à la coordination) et Michel Robert (coordonnateur) ont également pris part aux travaux de terrain.

Ceux et celles qui aimeraient en connaître davantage sur la vie quotidienne des équipes d’atlasseurs sont invités à consulter le blogue de Laval Roy, un atlasseur embauché à chaque année depuis le début du projet d’atlas qui a relaté son expérience à la fin des saisons 2011 et 2012. Vous pourrez notamment y voir plusieurs autres photos prises sur le terrain.

Remarque importante : si vous souhaitez lire le bas de vignette et connaître l’auteur d’une des photos suivantes, vous devez simplement placer votre curseur sur l’image en question.

RÉALITÉ QUOTIDIENNE

Les ornithologues embauchés pour recueillir des données pour le projet d’atlas ont la chance de visiter des endroits reculés et sauvages, mais ils doivent en même temps faire face à une réalité quotidienne qui n’est pas toujours facile. Il suffit de penser aux conditions météorologiques, aux insectes piqueurs et au fait qu’ils doivent séjourner sur le terrain durant plusieurs semaines consécutives.

COORDINATION DU PROJET

Au quotidien, ce sont Michel Robert et Marie-Hélène Hachey qui assurent la coordination du projet d’atlas. Ces derniers participent également aux travaux de terrain, ce qui leur donne non seulement l’occasion de sortir du bureau, mais aussi la chance de participer à l’aspect fondamental du projet, c’est-à-dire l’acquisition de données à jour sur la répartition et l’abondance relative des populations d’oiseaux du Québec.

MOMENTS PRIVILÉGIÉS

Heureusement, la réalité quotidienne des équipes de terrain comprend son lot de moments exaltants, comme l’observation de paysages et d’animaux sauvages, et le fait de pouvoir admirer, au quotidien, le lever du soleil.

ET (BIEN ENTENDU) LES OISEAUX

Le fait de travailler, durant plusieurs semaines, à recueillir des données sur la nidification des oiseaux contribue grandement à enrichir les connaissances des atlasseurs (parce qu’on ne finit jamais d’apprendre, même quand on est un observateur d’oiseaux chevronné). Certains atlasseurs en profitent d’ailleurs pour rapporter quelques clichés photographiques.